Etat des connaissances sur les approches existantes pour la prise en compte des mélanges - Réflexion pour l’élaboration de valeurs de référence - Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail Access content directly
Reports (Technical Expertise Report) Year : 2022

Etat des connaissances sur les approches existantes pour la prise en compte des mélanges - Réflexion pour l’élaboration de valeurs de référence

Abstract

La question de l’exposition de l’Homme à des mélanges ainsi que le risque potentiel sur la santé associé se pose depuis de nombreuses années. Des documents et recommandations institutionnels sont notamment publiés depuis les années 2000 pour la prise en compte des mélanges principalement dans le cadre d’évaluation des risques sur la santé humaine (US EPA, 2000 ; 2002 ; 2006a ; ILSI, 1999 ; ATSDR, 2001 ; 2004 ; Health Council of the Netherlands, 2002 ; IGHRC, 2008 ; EFSA, 2008 ; 2009 ; 2013a,b ; 2019a ; IPCS/WHO, 2009 ; Kortenkamp et al., 2009 ; SCHER, 2011). Dans le domaine des substances chimiques, le nombre de composés enregistrés par le Chemical Abstract Service (CAS) était de 34 millions en 2008 (Stewart & Carter, 2009). En 2018, plus de 17 000 substances individuelles étaient d’ores et déjà enregistrées dans le cadre de la réglementation européenne REACH (règlement n°1907/2006). Le nombre exact de substances chimiques sur le marché de l’Union européenne n’est pas connu mais l’agence européenne des substances chimiques (ECHA) l’estimait en 2017 à près de 140 000 substances (https://echa.europa.eu/fr/ ). Les substances chimiques sont utilisées dans de nombreux secteurs économiques : production alimentaire, fabrication de médicaments, industrie textile, industrie automobile, etc. Les contaminations environnementales (air, eau, sols, etc.) peuvent résulter notamment : - des procédés de fabrication et/ou de conditionnement et d’emballage; - de l’utilisation de produits de consommation contenant des substances chimiques dans la vie quotidienne ; - des émissions issues non intentionnellement de la combustion ; - de la persistance dans l’environnement de substances qui peuvent être interdites à présent dans la réglementation, etc. La gestion des risques liés aux substances chimiques est encadrée d’une part par le règlement REACh, et d’autre part par des réglementations par milieux (eaux, air, etc.) et sectorielles (médicaments, cosmétiques, biocides, etc.) d’où découlent des analyses de risques séparées (Evans et al., 2016). Concernant les mélanges de substances chimiques, il existe des référentiels de gestion des risques dans certaines de ces réglementations, notamment dans le domaine de l’alimentation où une approche progressive par étape est proposée pour l’évaluation du risque cumulé. La question des mélanges, si elle reste complexe, peut aujourd’hui être traitée dans les démarches d’expertise compte tenu de l’existence de savoir-faire et le développement de modèles simplifiés faisant consensus. En évaluation des risques sanitaires et environnementaux, quelques exemples de dispositions réglementaires ont émergé, notamment pour l’exposition via l’alimentation (résidus de pesticides et eaux destinées à la consommation humaine) et l’étude de l’impact d’installations industrielles sur l’environnement et le voisinage. Des recommandations d’organismes institutionnels (US EPA, ATSDR, EFSA, SCHER) formalisent des approches méthodologiques considérant les connaissances sur l’interaction des contaminants et soulignent l’importance de leur mise en application. L’hypothèse la plus recommandée repose sur le concept d’additivité des doses ou des réponses. De nombreuses études ont testé le modèle d’additivité des doses (ou concentrations) pour différents mélanges de contaminants ayant des propriétés toxicologiques semblables sur un organe ou système cible et ont montré que globalement, ce modèle prédit raisonnablement la toxicité des mélanges aux faibles doses/concentrations. Les modèles intégrant les notions d’antagonisme et de synergie sont nécessaires pour mieux comprendre et prendre en compte les bases mécanistiques des interactions, ainsi que les expositions à des doses/concentrations relativement élevées. Cependant, il est à noter qu’aux faibles doses, les interactions restent peu susceptibles de générer un risque très différent de celui évalué avec l’hypothèse d’additivité au regard des incertitudes inhérentes à la démarche même d’évaluation des risques. L’évaluation des risques sanitaires vise à guider les décisions publiques en situation d’incertitudes. Certains dispositifs réglementaires recommandent certaines méthodes référencées dans des guides méthodologiques qui ne sont pas toutes adaptées à l’évaluation de mélanges. Il apparaît impossible de documenter, dans un cadre réglementaire, les dangers et les interactions entre les substances pour des expositions réelles, tant il existe de combinaisons de substances possibles auxquelles la population peut être exposée. L’étude de mélanges peut correspondre à des combinaisons de contaminants différents : substances chimiques, facteurs physiques (bruit, température), et/ou agents biologiques (bactéries, moisissures, allergènes, toxines...). Le périmètre du présent travail est limité aux seules substances chimiques.
No file

Dates and versions

anses-04071847 , version 1 (17-04-2023)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : anses-04071847 , version 1

Cite

Marion Keirsbulck, François Pouzaud, Morgane Bachelot, Thomas Cartier, Amélie Crépet, et al.. Etat des connaissances sur les approches existantes pour la prise en compte des mélanges - Réflexion pour l’élaboration de valeurs de référence. Autosaisine n°2016-SA-0101 et Saisine n°2018-SA-0152, Anses. 2022, 125 p. ⟨anses-04071847⟩

Collections

ANSES LARA
28 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More