Mise en place et suivi de la vaccination anticoccidienne en élevage de poulettes futures pondeuses - Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail Access content directly
Conference Papers Year : 2022

Mise en place et suivi de la vaccination anticoccidienne en élevage de poulettes futures pondeuses

Djabella Djouhra
  • Function : Author
Joel Bertin
  • Function : Author
  • PersonId : 923876

Abstract

For chickens reared for laying, early vaccination against coccidiosis with attenuated strains has been proven effective to control clinical and subclinical forms. For this production, we have validated several indicators of vaccine uptake and tested several methods of application in breeding farm. Audits of drinking-water vaccination were performed in 20 breeding farms of future layer pullets. For 30 batches of pullets vaccinated by nebulization on arrival, either on chicks or on feed, we followed the count of oocysts in the droppings (OPG) during the first 5 weeks and had a lesion control performed in laboratory on 5 pullets, at 5 weeks (Johnson and Reid index). The clinical monitoring of the batches ensured that the pullets were protected against late coccidiosis caused by Eimeria necatrix and Eimeria brunetti. he audits performed for the administration by drinking water highlighted the difficulties to distribute, to each chick, before 7 days, a vaccine certainly resistant to the usual disinfectants but which sediments quickly in water nipples or drinkers. The number of oocysts per gram (OPG) at 7 days is indicative of the correct application of the vaccine on chicks and on feed. Both application methods were equally effective. The number of oocysts pergram (OPG) at 21 days is used as a marker of good vaccine replication. The combination with lesion examination validated the good replication of the vaccine strains applied by spraying during the first day in breeding farm. In some cases, a too dry bedding or an insufficient densification of chicks delayed replication. Rarely, the pressure from wild strains due to insufficient decontamination may have considerably increased excretion at 21 days. In conclusion, this work validated several methods of application of anticoccidial vaccines in rearing of future laying pullets. The used indicators will allow us to validate the methods best suited to each breeding farm and each type of brooder.
Pour les poulettes futures pondeuses, la vaccination précoce contre les coccidioses par des souches atténuées a fait ses preuves dans le contrôle des formes cliniques et sub-cliniques. Nous avons, pour cette production, validé plusieurs indicateurs de prise vaccinale et testé plusieurs méthodes d’application en élevage. Des audits de vaccination via l’eau de boisson ont été pratiqués dans 20 élevages de poulettes futures pondeuses.Pour 30 lots de poulettes vaccinées par nébulisation à l’arrivée soit sur les poussins soit sur l’aliment, nous avons suivi le comptage des oocystes dans les fientes (OPG) au cours des 5 premières semaines et avons fait réaliser en laboratoire un contrôle lésionnel sur 5 poulettes à 5 semaines (indice de Johnson et Reid). Le suivi clinique des lots a permis de s’assurer de la protection des poulettes contre les coccidioses tardives à Eimeria necatrix et Eimeria brunetti. Les audits réalisés pour l’administration par l’eau de boisson ont mis en évidence les difficultés pour distribuer avant 7 jours à chaque poussin, un vaccin certes résistant aux désinfectants usuels mais qui sédimente rapidement dans les pipettes ou les abreuvoirs. Le nombre d’oocystes par gramme à 7 jours est révélateur de la bonne application du vaccin sur les poussins et sur l’aliment. Les 2 méthodes d’application se sont montrées également efficaces. Le nombre d’oocystes par gramme à 21 jours est utilisé comme marqueur de la bonne réplication du vaccin. L’association avec l’examen lésionnel a permis de valider la bonne réplication des souches vaccinales appliquées par pulvérisation à 1 jour en élevage. Dans certains cas, des litières trop sèches ou une densification insuffisante des poussins ont retardé la réplication. Plus rarement, la pression des souches sauvages par insuffisance de décontamination a pu augmenter considérablement l’excrétion à 21 jours. En conclusion, ces travaux ont permis de valider plusieurs méthodes d’application des vaccins anticoccidiens en élevage de poulettes futures pondeuses. Les indicateurs utilisés vont permettre de valider les méthodes les mieux adaptées à chaque élevage et à chaque type de poussinière.
No file

Dates and versions

anses-04082350 , version 1 (26-04-2023)

Identifiers

  • HAL Id : anses-04082350 , version 1

Cite

Djabella Djouhra, Jean-Michel Répérant, Joel Bertin. Mise en place et suivi de la vaccination anticoccidienne en élevage de poulettes futures pondeuses. 14èmes Journées de la Recherche Avicole et des Palmipèdes à Foie Gras, Mar 2022, Tours, France. ⟨anses-04082350⟩

Collections

ANSES
14 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More