Internalisation et translocation des nanoparticules dans le poumon - Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail Access content directly
Journal Articles Les cahiers de la Recherche : Santé, Environnement, Travail Year : 2015

Internalisation et translocation des nanoparticules dans le poumon

Abstract

Des études épidémiologiques ont montré que l’inhalation, l’accumulation et la rétention dans le poumon de particules inhalées ont un impact sur le déclenchement ou l’aggravation de maladies pulmonaires ou cardiovasculaires. Toutefois, il est difficile d’expliquer comment la présence de particules dans le poumon peut entrainer des effets néfastes sur des organes à distance, comme le coeur, qui n’est pas en contact direct avec l’air inhalé. Une hypothèse, parmi d’autres, est que des particules, une fois dans le poumon, pourraient passer dans la circulation sanguine pour atteindre des organes à distance de celui‐ci. On parle alors de translocation. Si cette hypothèse se révèle correcte, l’effet pourrait être encore plus important pour les particules nanométriques en raison de leur taille encore plus réduite.
Fichier principal
Vignette du fichier
2015_CDLR_marthan_internalisation_translocation_nanoparticules_poumon.pdf (239.79 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

anses-01753193 , version 1 (29-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : anses-01753193 , version 1

Cite

Roger Marthan. Internalisation et translocation des nanoparticules dans le poumon : Internalisation et translocation des nanoparticules d’oxyde de silice et d’oxyde de titane. Les cahiers de la Recherche : Santé, Environnement, Travail, 2015, Nanomatériaux et santé, 6, pp.28-29. ⟨anses-01753193⟩
106 View
214 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More