Avis de l'Anses relatif à l’évaluation des mesures de gestion mises en place sur l’île de La Réunion en vue de l’éradication du petit coléoptère des ruches Aethina tumida - Réponse à la question 1 - Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail Access content directly
Reports (Technical Expertise Report) Year : 2022

Avis de l'Anses relatif à l’évaluation des mesures de gestion mises en place sur l’île de La Réunion en vue de l’éradication du petit coléoptère des ruches Aethina tumida - Réponse à la question 1

Abstract

Le petit coléoptère des ruches Aethina tumida est un ravageur des colonies d’abeilles originaire d’Afrique sub-saharienne, présent dans de nombreuses zones réparties sur tous les continents. Sa multiplication peut entraîner un affaiblissement voire la mort de la colonie. Se nourrissant du couvain, du miel et du pain d'abeilles, il détruit les cadres des ruches et entraîne une fermentation du miel, avec des conséquences sanitaires et économiques lourdes pour la filière apicole. En Europe, il a été découvert en 2014 dans le sud de l'Italie. Sa dissémination est actuellement limitée à la région de la Calabre. Il est également présent à Madagascar depuis 2010 et a été découvert en 2017 à l’île Maurice (îles proches de l’île de La Réunion). Le 5 juillet 2022, un foyer a été confirmé dans un rucher sur l’île de La Réunion, sur la commune de Saint-Pierre. Suite à sa détection, la DAAF (Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt) de l’île de La Réunion a immédiatement mis en œuvre les mesures prévues par l’arrêté du 23 décembre 2009 dans un objectif d’éradication de ce ravageur de l’abeille. Onze autres foyers ont ensuite été confirmés, concentrés au sud de l'île, sur les communes de Saint-Philippe et de Saint-Joseph. La situation est préoccupante du fait de l’émergence de ce danger sanitaire sur une île française jusqu’alors indemne, et en raison des éléments de la biologie d’Aethina tumida, susceptibles de faciliter son maintien et sa diffusion sur l’île. Sur le plan réglementaire, A. tumida est un insecte ravageur des colonies d'abeilles et de bourdons, catégorisé D et E dans l'Union européenne (règlement (UE) 2018/1882). Au niveau national, la France a souhaité maintenir des mesures d’éradication immédiates comme c’était le cas avant la mise en œuvre de la Loi de Santé animale d’avril 2021 en raison de la gravité des conséquences pour les colonies, la production, les échanges et les exportations d’une part, et du statut indemne de la France d’autre part. La découverte d’un foyer d’A. tumida est donc soumise aux mesures d’éradication prescrites par l’arrêté ministériel du 23 décembre 2009 établissant les mesures de police sanitaire applicables aux maladies réglementées des abeilles. Dans ce cadre, la France est engagée dans une stratégie d’éradication basée sur le recensement et les visites de l’ensemble des ruchers présents dans les zones de protection (ZP – 5 km autour des foyers) et de surveillance (ZS – 5 km autour des ZP), la destruction systématique (mise à mort et incinération) des colonies présentant des signes confirmés d’infestation (coléoptères adultes, larves, œufs) et la désinsectisation du sol autour des ruches infestées. Dans ce contexte, l’avis de l’Anses est sollicité : (1) en termes de stratégie de lutte, sur l’endémisation du parasite, l’impact du réservoir sauvage, l’objectif d’éradication, l’objectif de contrôle et cantonnement, (2) en termes de surveillance, sur les modalités pratiques (échantillonnage, taux de prévalence cible, fréquence des visites) de la mise en place d’une surveillance programmée au sein des zones réglementées (ZS et ZP) et sur le reste du territoire de l’île, et sur le risque d’introduction d’A. tumida en France métropolitaine et (3) en termes de prévention, sur des stratégies de prévention actualisées sur la base d’une revue bibliographique. Un échange avec la DGAL sur la priorisation des questions faisant l’objet de la saisine a conduit à les traiter selon deux modalités en fonction de leur nature: - Un examen par le laboratoire national de référence (LNR) sur la santé des abeilles de l’Anses Sophia Antipolis. Ce dernier a produit une note en réponse à deux questions relevant d’un appui scientifique et technique (AST) relatives à : o la « surveillance » : évaluer les modalités pratiques de la mise en place d’une surveillance programmée au sein des zones réglementées (zone de surveillance et zone de protection) et sur le reste du territoire de l’île face aux enjeux d’éradication d’A. tumida et, en particulier, le besoin d’une adaptation des préconisations du document guide du Laboratoire de référence de l’Union Européenne (LRUE) établi en 2016, aux spécificités de l’île de La Réunion ; o l’« endémisation » d’A. tumida : conduire une réflexion sur les résultats de surveillance et critères qui traduiraient une installation durable. Une troisième question de la saisine concerne différentes actions de prévention et vise à « identifier les méthodes et proposer des stratégies de prévention actualisées ». Considérée comme moins prioritaire, elle sera abordée dans une prochaine note d’AST rendue ultérieurement par l’Anses. - un examen par un groupe d’expertise collective d’urgence (Gecu) dédié, le Gecu « Aethina », créé pour répondre aux questions relevant d’une expertise collective : o question 1 : « évaluation des risques associés à des options alternatives à la destruction totale d’un rucher en cas de découverte d’une colonie infestée, dans une perspective d’évolution de l’objectif d'éradication vers une stratégie de cantonnement » (délai de réponse : 15 octobre 2022) ; o question 2 : « évaluer le risque que représente le réservoir sauvage et proposer des recommandations quant à leur gestion en cas de présence dans des foyers de ces essaims » (délai de réponse : 15 octobre 2022) ; o question 3 : « évaluer le risque d’introduction sur le territoire métropolitain d’une façon plus générale et recommandations » (délai de réponse : 15 novembre 2022).
No file

Dates and versions

anses-04071175 , version 1 (17-04-2023)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : anses-04071175 , version 1

Cite

Monique L'Hostis, Eric Cardinale, Véronique Duquesne, Stéphanie Franco, Yves Le Conte, et al.. Avis de l'Anses relatif à l’évaluation des mesures de gestion mises en place sur l’île de La Réunion en vue de l’éradication du petit coléoptère des ruches Aethina tumida - Réponse à la question 1. Saisine n° 2022-SA-0141, Anses. 2022, 13 p. ⟨anses-04071175⟩
35 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More