Construction de VGAI mélange : Étude de cas pour un mélange de substances irritantes - Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail Access content directly
Reports (Technical Expertise Report) Year : 2022

Construction de VGAI mélange : Étude de cas pour un mélange de substances irritantes

Abstract

La question de l’exposition de l’humain à des mélanges et du risque associé potentiel pour la santé se pose depuis de nombreuses années. Des documents et recommandations institutionnels sont notamment publiés depuis les années 2000 pour la prise en compte des mélanges, principalement dans le cadre d’évaluation des risques sur la santé (US EPA, 2000 ; 2002 ; 2006 ; ILSI, 1999; ATSDR, 2001 ; 2004; Health Council of the Netherlands, 2002; IGHRC, 2008; EFSA, 2008 ; 2009 ; 2013; WHO-IPCS, 2009; Kortenkamp et al., 2009; SCHER, 2011). Dans le domaine des substances chimiques, le nombre de composés enregistrés par le Chemical Abstract Service (CAS) était de 34 millions en 2008 (Stewart and Carter, 2009). En 2018, plus de 17 000 substances individuelles avaient été enregistrées dans le cadre de la réglementation européenne REACh (Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals) (règlement n°1907/2006). Le nombre exact de substances chimiques sur le marché de l’Union européenne n’est pas connu précisément mais l’agence européenne des substances chimiques (ECHA) l’estimait en 2017 à près de 140 000 substances (https://echa.europa.eu/fr/registration-statistics-infograph#). Les contaminations environnementales (air, eau, sols etc.) par les substances chimiques peuvent résulter notamment : (i) des procédés de fabrication conduisant à des émissions potentielles dans l’air, l’eau et/ou les sols ; (ii) de l’utilisation de produits de consommation contenant des substances chimiques dans la vie quotidienne ; (iii) des émissions issues non intentionnellement de la combustion ; (iv) de la persistance dans l’environnement de substances qui peuvent être interdites à présent par la réglementation, etc. La gestion des risques liés aux substances chimiques est encadrée, d’une part par le règlement REACh, et d’autre part, par des réglementations par milieux (eau, air, etc.) et sectorielles (médicaments, cosmétiques, biocides, etc.), d’où découlent des analyses de risques séparées (Evans et al., 2016). Concernant les mélanges de substances chimiques, il existe dans certaines de ces réglementations des référentiels de gestion des risques cumulés proposant une approche progressive par étape. C’est le cas pour l’exposition via l’alimentation (résidus de pesticides et eaux destinées à la consommation humaine) et pour l’étude de l’impact d’installations industrielles sur l’environnement et le voisinage. La question des mélanges, si elle reste complexe, peut donc aujourd’hui être prise en compte dans les démarches d’expertise, compte tenu de l’existence de savoir-faire et de développement de modèles simplifiés faisant relativement consensus. Des recommandations d’organismes institutionnels (United States Environment Protection Agency (US-EPA), Agency for Toxic Substances and Disease Registry (ATSDR), European Food Safety Authority (EFSA), Scientific Committee on Health and Environmental Risks (SCHER)) soulignent l’importance de leur mise en application et formalisent des approches méthodologiques prenant en compte ou non les interactions entre les contaminants.
No file

Dates and versions

anses-04071642 , version 1 (17-04-2023)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : anses-04071642 , version 1

Cite

Sylvain Billet, Nathalie Bonvallot, Dany Chevalier, Claude Emond, Jérôme Thireau, et al.. Construction de VGAI mélange : Étude de cas pour un mélange de substances irritantes : Avis de l’Anses Rapport d’expertise collective. Autosaisine n°2016-SA-0101, Anses. 2022, pp.184. ⟨anses-04071642⟩
31 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More