Prélever l’air à la place des écouvillonnages pour détecter le virus de l’influenza aviaire chez le canard mulard - Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail Access content directly
Conference Papers Year : 2022

Could air sampling be a substitute for individual oropharyngeal and cloacal swabs on live animals to detect avian influenza virus in Mule ducks?

Prélever l’air à la place des écouvillonnages pour détecter le virus de l’influenza aviaire chez le canard mulard

Abstract

This study assessed the ability to detect and quantify avian Influenza A virus (AIAV) in bioaerosols in confined facility. The aim was to evaluate a new collector (Biodosi®, coded BDS, CEA Tech) compared to a control collector (Coriolis®, coded COR, Bertin Technologies). Mule ducks were experimentally infected by ocular instillation of high pathogenicity AIAV H5N8 A/decoy duck/France/161105a/2016, with 4.6 106 EID50 in 100 μL per animal. Virus shedding was monitored on individual oropharyngeal and cloacal swabs: on D-3 (D being the day of infection) and then 1, 2, 3, 4, 7, 9, 11 and 14 days post-infection (dpi). On the same days as swab sampling, bioaerosols were collected using COR (cyclonic, unwieldy) and BDS (portable, self-contained and based on electrostatic precipitation). For BDS two air sampling protocols were used: in the facility and at the breathing zone of two ducks that were placed in a solid-panel crate containing the sampler. Sampling time varied from 10 to 60 min, depending on sampling protocol and day, longer sampling being used between 7 to 14 dpi to anticipate the viral excretion decrease. Samples were analysed by real time RT-PCR and viability of the virus was checked on SPF hen embryonated eggs. From swab samples, there were 100%, 70% and 30% excreting animals from 1 to 9, 11 and 14 dpi, respectively. During the period of high viral excretion (2 to 4 dpi), all air samples were positive and quantifiable for COR and BDS. In addition, viability of the virus during this period was demonstrated. From 7 to 14 dpi, the detection threshold was not always reached despite an increase in sampling time, although the animals still excreted the virus from swab samples. For the virus tested, air sampling could be a promising way to carry out non-invasive and welfare-friendly viral shedding monitoring. However, it seemed less sensitive than individual swabs.
Cette étude évalue la détection et la quantification du virus de l’influenza aviaire (VIA) dans des bioaéerosols en animalerie confinée. Le but était d’évaluer un nouveau collecteur (Biodosi ND, codé BDS, CEA Tech) par rapport à un collecteur témoin (Coriolis ND, codé COR, Bertin Technologies). Des canards mulards ont été infectés expérimentalement par la souche de VIA A/decoy duck/France/161105a/2016 (H5N8) hautement pathogène, avec 4,6x106 DIE50 (titre viral) dans 100µL d’inoculum par animal. L’excrétion virale a été suivie sur écouvillonnage individuel oropharyngé et cloacal : à J-3 (J0 = inoculation) puis à J1, J2, J3, J4, J7, J11 et J14. Aux mêmes dates, des échantillons d’air ont été prélevés par le COR (cyclonique, peu maniable) et par le BDS (portatif, autonome, basé sur la précipitation électrostatique). Pour BDS, deux protocoles ont été utilisés avec une mesure dans l’air ambiant de l’animalerie et une mesure dans la zone de respiration de deux canards placés spécifiquement dans une caisse contenant l’échantillonneur. Le temps de prélèvement variait de 10 à 60 min, selon le protocole et le jour de prélèvement, un prélèvement plus long étant réalisé à partir de J7 pour anticiper la diminution de l’excrétion virale. Les prélèvements ont été analysés par RT-PCR temps réel et la viabilité du virus vérifiée sur œufs embryonnés de poules EOPS. A partir des écouvillons, il y avait 100 % d’animaux excréteurs de J1 à J9, 70 % à J11 et 30 % à J14. Pendant la période de forte excrétion (J2 à J4), pour COR et BDS, tous les échantillons d’air étaient positifs, quantifiables et la viabilité du virus a été démontrée. De J7 à J14, bien que les écouvillons soient toujours positifs, les échantillons d’air étaient souvent négatifs, le seuil de détection n’étant pas toujours atteint malgré une augmentation du temps de prélèvement. Pour le virus testé, l’échantillonnage de l’air pourrait ainsi être un moyen prometteur, non invasif et plus respectueux du bien-être pour la surveillance de l’excrétion virale. Cependant, il semble moins sensible que le prélèvement par écouvillonnage.
No file

Dates and versions

anses-04082395 , version 1 (26-04-2023)

Identifiers

  • HAL Id : anses-04082395 , version 1

Cite

Alassane Keita, Éric Niqueux, Chantal Allée, Katell Ogor, Audrey Schmitz, et al.. Prélever l’air à la place des écouvillonnages pour détecter le virus de l’influenza aviaire chez le canard mulard. 14èmes Journées de la Recherche Avicole et des Palmipèdes à Foie Gras, Mar 2022, Tours, France. ⟨anses-04082395⟩

Collections

ANSES
16 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More