Maladie de Gumboro : impact du pathotype viral sur le profil leucocytaire sanguin - Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail Access content directly
Conference Papers Year : 2022

Gumboro disease: white blood cells concentration modifications associated with viral pathotype

Maladie de Gumboro : impact du pathotype viral sur le profil leucocytaire sanguin

Abstract

Infectious bursal disease virus (IBDV), the etiological agent of Gumboro Disease, is a worldwide spread immunosuppressive virus. It infects young chicks (Gallus gallus) and targets B cells produced in the bursa of Fabricius. That potentially deadly infection induces immunosuppression in the survivors. IBDV are classified into 4 pathotypes depending on the mortality and immunosuppression they induce: vaccinal (non pathogenic), strictly immunosuppressive, classical virulent and very virulent. No pathotype specific predictive marker has yet been identified and the current way to assess this viral characteristic relies on animal experiment. This study purpose is to highlight pathotype specific, easily measurable differences in viral behavior and host response to the infection. For this purpose, specific-pathogen-free (SPF) chicken were inoculated with the same infectious dose of IBDV of very virulent, classical, strictly immunosuppressive or vaccinal strains. A daily clinical monitoring was performed. At 2 and 4 days post infection (dpi), the bursal viral load was measured using infectious titration and total blood cell count (quantifying B cells, T cells, monocytes, thrombocytes and erythrocytes) was carried-out. The clinical outcome of animals was consistent with the pathotype of the used strains. The viral load was i) higher at 2 than 4 dpi, ii) was partially correlated with the pathogenicity. The total blood cell count revealed : i) a near disappearance of B cells for pathogenic strains, ii) a decrease of T cells concentration at 2 dpi proportional to pathogenicity, iii) at 4 dpi, an increase of T cells concentration above the mock groups value for the strictly immunosuppressive strains, iv) a severe thrombocytopenia for very virulent and classical virulent strains. To conclude, different white blood cells concentration modifications induced by different pathotypes have been observed and provide new insights into the differences in physiopathology related to the viral pathotype.
Le virus de la bursite infectieuse aviaire (IBDV), agent causal de la maladie de Gumboro, est un virus immunodépresseur répandu mondialement. Il infecte les jeunes poulets (Gallus gallus) et présente un tropisme pour les lymphocytes B (LB) produits dans la bourse de Fabricius (BdF). L’infection, potentiellement mortelle, induit une immunodépression chez les survivants. Les IBDV sont classés, selon la mortalité et l’immunodépression induites, en 4 pathotypes : vaccinal (non pathogène), immunodépresseur strict, virulent classique, hypervirulent. Aucun marqueur viral prédictif du pathotype n’a encore été identifié, et son évaluation requiert des protocoles d’expérimentations in vivo souvent lourds. L’objectif de cette étude était de mettre en évidence des différences liées aux pathotypes viraux dans des paramètres physiologiques de l’hôte facilement mesurables. Pour cela, des poulets exempts d’organismes pathogènes spécifiés ont été inoculés avec une même dose infectieuse de souches d’IBDV hypervirulentes, virulente classique, immunodépressives strictes ou vaccinales. Un suivi clinique quotidien des animaux a ensuite été réalisé. A 2 et 4 jours post-infection (jpi) la charge virale infectieuse dans la Bdf a été mesurée par titrage infectieux et une numération de formule sanguine (NFS) (quantifiant LB, lymphocytes T (LT), monocytes, thrombocytes et érythrocytes) a été réalisée. L’évolution clinique des animaux a été cohérente avec le pathotype des virus employés. La charge infectieuse dans la bourse i) était plus importante à 2 jpi qu’à 4 jpi, ii) n’était que partiellement corrélée à la pathogénicité. Les NFS ont, quant à elles, révélé : i) une quasi-disparition des LB à 2 et 4 jpi pour tous les virus, ii) une diminution à 2 jpi de la concentration en LT d’autant plus marquée que la pathogénicité est importante, iii) à 4 jpi, une remontée de cette valeur, devenue supérieure à celle des témoins pour les virus immunodépresseurs stricts, iv) une thrombocytopénie importante à 2 et 4 jpi pour les virus hypervirulents et le virus classique. En conclusion, l’évolution de la concentration sanguine de certaines populations cellulaires observées ici dégage de nouvelles pistes de réflexion quant aux différences dans la physiopathologie liée au pathotype viral.
No file

Dates and versions

anses-04082488 , version 1 (26-04-2023)

Identifiers

  • HAL Id : anses-04082488 , version 1

Cite

Annonciade Molinet, Céline Courtillon, Michel Amelot, Alassane Keita, Béatrice Grasland, et al.. Maladie de Gumboro : impact du pathotype viral sur le profil leucocytaire sanguin. 14èmes Journées de la Recherche Avicole et des Palmipèdes à Foie Gras, Mar 2022, Tours, France. ⟨anses-04082488⟩

Collections

ANSES UNIV-RENNES
82 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More